François Hollande ne s’est jamais préoccupé d’environnement tout au long de sa carrière politique, mais il n’est jamais trop tard. La main sur le cœur il jure que l’environnement est devenu sa préoccupation première. Une conversion en vaut une autre, Paris vaut bien une messe: la messe environnementale de décembre 2015 se tiendra à Paris. Politique oblige, nul n’est dupe. Moi je ne m’y fierais. Cette réunion sera celle de la dernière chance non pas pour la planète comme il nous le dit mais pour l’humanité. Si elle échoue je ne donnerais pas cher de sa peau d’ici la fin du siècle: pollutions en tout genre(air, eau, alimentation, problèmes climatiques…) et changement global se chargeront de son  sort. Le rapport du GIEC est clair à ce sujet et il est sans doute en deça de la réalité qui ne prend pas en compte la fonte du permafrost et le rejet du méthane dans l’atmosphère: c’est le plus puissant des gaz à effet de serre. A Paris en 2015, il va falloir convaincre tous les représentants de la planète présents de réduire leurs gaz à effet de serre, donc de changer de mode de vie, de se résoudre à moins et ceci de manière coercitive. En menaçant de sanctions la Chine, les Etats-Unis -qui auront peut-être un président républicain- , l’Inde, le Brésil s’ils n’y consentent pas? Il faudra aussi que les pays riches mettent la main au portefeuille, or celui-ci est plein de cactus comme l’on sait…et les citoyens écrasés d’impôts. Le Président de la République pourrait bien devoir ajouter un échec aux autres déjà lourds, comme un boomerang, après Copenhague, après Lima, après tout. Moi je pense comme le grand philosophe Hans Jonas dans le Principe Responsabilité que l’homme est  responsable de son destin mais qu’il ne fera rien tant que le ciel ne lui tombera pas sur la tête. Alors il aura peur. Comme nous avons peur lorsque les inondations emportent nos maisons. C’est ce que Jonas appelle « l’heuristique de la peur ». Mais quand elle sera là, il sera trop tard. L’homme devra compter avec la nature. L’anthropocène risque de rester un mythe…N’en déplaise aux politiques qui veulent surfer sur la vague écologiste.

Les commentaires sont fermés.